Uniproledi, grosse organisation de producteurs (OP) de fruits et légumes du Sud-Ouest, qui totalise 10 400 ha de cultures et 250 producteurs, a fusionné avec Sud Légumes, l’OP de fruits et légumes de Terres du Sud, qui regroupe 40 exploitants sur 600 ha.

La nouvelle structure, baptisée Terres du Sud Fruits et Légumes, spécialisée dans les cultures en plein champ pour les entreprises agroalimentaires, disposera ainsi de 11 000 ha de tomates, maïs doux, haricots verts, petits pois, pommiers et raisin de table, dont 15 % cultivés en bio.

Une fusion sans suppression de postes

La nouvelle OP, présidée par Dominique Frecchiami, producteur à Senestis (Lot-et-Garonne) et vice-président de Terres du Sud, devrait collecter 220 000 t sur les départements du Lot-et-Garonne, de la Dordogne, la Gironde, des Landes, du Tarn-et-Garonne et du Gers.

« Cette fusion nous permet d’agréger le potentiel des deux structures en termes de surfaces, mais aussi de services techniques et de gestion de production, précise, Didier Argueil, le directeur de l’OP. Tous les salariés sont maintenus à leur poste. »

Trois gros clients et deux filiales

Ce rapprochement permet aussi de cumuler les clients. Uniproledi livrait ses fruits et légumes à l’usine Depenne de Castelmoron-sur-Lot (Lot-et-Garonne) aujourd’hui dans le Groupe d’aucy, à Conserves France à Saint-Sylvestre-sur-Lot (Lot-et-Garonne) et à Antarctic Foods Aquitaine à Ychoux (Landes).

L’OP était aussi actionnaire à 62 % de Tomates d’Aquitaine, à Bergerac (Dordogne), aux côtés de Terres du Sud qui possédait 38 %. Avec la fusion, cette entreprise appartient désormais à 100 % à Terres du Sud. A cela s’ajoute Jus de Marmande, également filiale à 100 % du groupe coopératif, spécialisée dans les jus de fruits, implantée à Marmande (Lot-et-Garonne).

Une tomate de plein champ origine France

« Notre objectif est de parvenir à maintenir les surfaces cultivées et à optimiser les cultures, par exemple en augmentant la production de maïs doux, pour lequel la demande est croissante et en réduisant celle de haricots verts, de plus en plus compliquée à cause des problèmes de datura, poursuit Didier Argueil. Sur la tomate de plein champ, nous allons mettre en avant la provenance France, voire Sud-Ouest ou Marmande, pour nous différencier des importations. Les distributeurs sont intéressés par la démarche. Nous allons structurer nos usines de Marmande et Bergerac pour répondre à ces attentes. »

Terres du Sud Fruits et légumes devrait réaliser un chiffre d’affaires total de 60 millions d’euros, filiales de transformation comprises.

Florence Jacquemoud