Le bureau du Naca ayant validé la semaine dernière la décision des deux coprésidents, Gérard Piveteau et François Renaud, Patricia Ranouil a été nommée directrice du groupement régional, à compter du 1er juillet 2020, pour succéder à François Gibon, parti diriger la FNA. C’est le choix de la promotion interne qui a donc été fait.

Une spécialiste de la certification

Âgée de 60 ans, Patricia Ranouil connaît bien le secteur : elle a été gérante d’un négoce par le passé et travaille pour le Naca depuis 13 ans. D’abord comme prestataire pendant quatre ans, elle est ensuite devenue permanente en 2011 en tant que chargée de mission QHSE puis chargée de mission Actions Entreprises, pour « définir lors de visites dans les négoces les besoins des entreprises en termes d’accompagnement », relate-t-elle. Elle siège également à la commission Qualité filières de la FNA.

Patricia Ranouil sera épaulée par son équipe de permanents, lesquels ont accepté de renforcer leurs missions : Isabelle Barbaud, assistante de direction, Valérie Lignereux-Carrega, assistante administrative, Nicolas Pugeaux, chargé de mission eau-environnement, et référent de la démarche Vert l’avenir. Pour la veille réglementaire et l’accompagnement des entreprises dans le domaine de la certification, qui reste sous sa responsabilité, il est envisagé de faire appel dans un premier temps à de la prestation de services.

François Gibon, toujours directeur d’Asfona

Quant à Damien Rouvreau, qui s’occupe de l’administration et des finances de l’organisme de formation Asfona, il est mis à disposition également pour assurer la gestion financière et administrative du Naca. François Gibon conserve par ailleurs la direction d’Asfona pour l’instant, et un responsable de formation délégué est en cours de recrutement.

« Si je fais preuve de sérénité quant à la capacité de l’équipe Naca à s’adapter, je suis plus soucieuse des dossiers à venir, notamment dans le cadre de la réforme de l’agrément phytos version 2021 qui touchera bien plus la structure même des entreprises de négoce qu’en 2013 », fait-elle savoir.

Renaud Fourreaux