Imprimer Envoyer par mail Commenter

Au cœur de la recherche de Corteva Agriscience

réservé aux abonnés

-->
Lorsque la cloche de la bourse de New York a rententi, Jim Collins (au centre), entouré du comité de direction de Corteva, a surplombé la salle des marchés. © NYSE

À l’occasion de la finalisation de son processus d’indépendance, Corteva Agriscience a ouvert les portes de son centre de recherche dédié aux semences de Johnston, dans l’Iowa, à la presse internationale.

Le 1er juin 2019, Corteva Agriscience est officiellement devenue indépendante. Le 4 juin, elle a même fait son entrée en bourse après une cérémonie à la New York Stock Exchange. « Corteva Agriscience est là, et nous sommes engagés à être un nouveau type d’entreprise dédiée à l’agriculture. Nous allons être une entreprise qui va changer l’agriculture et construire...
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
Le site de Johnston est un véritable campus à l’américaine dernier cri où se mêlent recherche en laboratoire, serres et parcelles d’essais. Lucie Petit © Lucie Petit
Dans ses laboratoires, la firme crée de nouvelles variétés à l’aide de l’outil d’édition du génome Crispr. © Lucie Petit
Lorsque la cloche de la bourse de New York a retenti, Jim Collins (au centre), entouré du comité de direction de Corteva, surplombait la salle des marchés. © NYSE
« Crispr fait partie de l’évolution et est universel »
Igor Teslenko, président Europe de Corteva Agriscience. © Lucie Petit

« En Europe, nous devons faire face à de nouveaux défis et de nouvelles attentes. Nous savons que les autorités veulent des produits plus verts, plus sains, plus durables. Et nous allons dans leur sens, nous voulons collaborer avec eux. Mais nous ne sommes pas du tout satisfaits de la décision de la Cour de justice européenne concernant la réglementation sur les OGM. La définition des OGM dans cette loi est dépassée. Cette loi est ancienne et ne prend pas en compte des évolutions et des outils de biotechnologie que l’on a aujourd’hui. L’outil d’édition du génome Crispr fait partie de l’évolution et il est universel. Il est utilisé à très grande échelle, que ce soit par des grosses entreprises comme Corteva, ou par des start-up et par la recherche dans les universités et les instituts techniques. Si les semences issues de cette technologie venaient à être considérées comme des OGM, ce serait un gros problème pour tout le monde. Et les premiers perdants de cette décision seraient les petites entreprises qui misent beaucoup, voire tout, dessus. Plus globalement, les NBT apportent une réelle valeur ajoutée aux agriculteurs, qui doivent faire face à de nombreux nouveaux défis de production, mais également aux consommateurs qui veulent toujours de meilleurs produits. On doit comprendre leurs besoins et leurs attentes, mais on doit aussi leur expliquer ce que l’on fait, comment on travaille et comment est produit ce qu’ils consomment. Il faut les rapprocher des fermes et recréer du lien. Nous sommes transparents et nous devons communiquer, pour cela on a besoin des agriculteurs mais aussi des médias. »

Repères

CA en 2018 : 14 Mds$ (50 % Amérique du Nord, 20 % Amérique du Sud, 20 % Europe-Afrique, 10 % Asie)

1,2 Md$ réinvestis en R&D

Plus de 20 000 employés

Présence dans plus de 140 pays

150 sites de R&D

Siège : Wilmington (État du Delaware), États-Unis

Imprimer Envoyer par mail Commenter