À l’automne dernier, dans le cadre de son plan d’action « Vision 2020, nouvelle proximité pour une nouvelle performance », destiné à préserver le maillage territorial, tout en mettant en place des flux de marchandises les plus directs possible, Maïsadour a présenté un premier prototype de silo mobile, Prox’Silo. Son concepteur, la société Pérard, le définit comme « un vrai silo tampon d’une capacité de deux semi-remorques », avec une fosse de réception et un système d’agréage. Prox’Silo a une capacité de stockage de 63 t, à comparer avec les 80 t (en deux boisseaux) que compte un site de réception classique chez Maïsadour.

« Trois fois moins cher »

L’enjeu est de proposer les mêmes fonctionnalités qu’un point de collecte classique tout en offrant davantage de mobilité et moins de contraintes logistiques. Selon Patrick Alyre, responsable des services techniques industriels du groupe, le silo mobile est « trois fois moins cher qu’un silo en construction ou en rénovation ». Le premier collecteur européen de maïs prévoit de déployer, d’ici trois ans, une dizaine de silos mobiles sur son territoire. « Dans les deux ans qui viennent, cela doit devenir un modèle généralisé dans nos campagnes », estime Michel Prugue, président de Maïsadour, dans le but de réduire à la fois les distances et les ruptures de charges, l’objectif final étant de trouver le bon équilibre entre silos fixes et Prox’Silo.

Une dizaine de machines dans les trois ans

Ce schéma pourrait bien coller à une entreprise telle que Maïsadour, ultra-spécialisée en maïs, avec des sites de réception vieillissants qui n’ouvrent bien souvent que trois semaines par an. Et comme le pic de collecte s’étale du nord au sud de la région, les responsables imaginent que ces silos puissent voyager d’un site à un autre, voire directement en bout de champ. « Le déplacement de la machine se fera à vide, au moyen d’un tracteur, sans convoi exceptionnel », fait savoir Patrick Alyre. Maïsadour envisage d’en détenir une dizaine dans les trois ans.

Retrouvez plus d’infos sur les révolutions actuelles dans les schémas de collecte dans le numéro de mai-juin 2019 d’Agrodistribution dont le dossier est dédié à la supply chain du grain.