« La catastrophe du volume va impacter l'amont agricole, mais en plus, on est loin du compte d'un point de vue qualitatif et on n'en a pas encore pris toute la mesure », s'alarme Lionel Deloingce, président de l'ANMF, évoquant en premier lieu le poids spécifique. Sachant qu'« en dessous de 74 kg/hl, soit 55 % de la collecte cette année, la meunerie n'est pas capable de transformer du grain en farine ».
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !