« Lorsque je suis arrivée chez Arterris, il y a quatre ans, j’ai lancé une enquête qui a permis de mettre à jour un reproche principal que les salariés faisaient au groupe : le cloisonnement et le manque de bienveillance entre les services, raconte la DRH, Yasmina Bousraou Koubaa. Plusieurs fusions avaient eu lieu et nombre de collaborateurs avaient l’impression de travailler chacun dans leur coin, sans s’occuper des autres. Lorsqu&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
14%

Vous avez parcouru 14% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !