« Permettre aux agriculteurs de toujours mieux vivre de leur métier, en contribuant à la valorisation de leur production et en améliorant l’impact environnemental de leurs exploitations. » C’est avec cet objectif en tête et « en cohérence avec la volonté de mieux partager la valeur au sein de la filière laitière », conformément à l’esprit des EGalim, qu’Agrial et Unilever-France ont annoncé, le jeudi 6 juin, avoir signé un partenariat visant à redistribuer aux éleveurs jusqu’à 1 % du chiffre d’affaires de la marque Carte d’Or.

Un volet environnemental

Ce programme, signé pour trois ans et baptisé « Agriculteurs de demain », doit consacrer en 2019 50 % de son budget à accroître le prix payé de la crème de lait. En plus du volet prix, le partenariat prévoit d’abonder une bourse à l’installation en élevage afin d’aider 200 jeunes, ainsi que plusieurs initiatives visant à accroître la durabilité de la production sur le plan environnemental. Des diagnostics Cap’2ER seront financés avec l’Institut de l’élevage, ainsi que certains investissements favorables à l’environnement, et un réseau de fermes pilotes à bas carbone sera également constitué.

Unilever-France est le leader incontesté des crèmes glacées en France avec des marques comme Magnum, Carte d’Or, Miko et Ben & Jerry’s. L’entreprise contrôlait en 2017 plus de 32 % du marché en GMS, soit environ 324 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont environ 94,5 M€ pour les glaces en pots commercialisées, entre autres, sous la marque Carte d’Or. Les glaces Carte d’Or sont fabriquées à Saint-Dizier dans le Grand Est.

Alexis Dufumier