«Après une année 2016 à très forte pression mildiou et 2017 beaucoup plus faible, 2018 est une année intermédiaire », reconnaît Bertrand Boulet, chez Belchim. « Le mildiou a démarré très vite et très fort dès juin, mais la pression est très vite retombée en juillet avec l'arrivée de la sécheresse et des températures élevées », note Auré...
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
14%

Vous avez parcouru 14% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !