Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier La fin du grand chambardement

réservé aux abonnés

Lucie Petit

Après des années de mouvements et de chamboulements au sein du petit monde des firmes phytosanitaires, chacune semble avoir trouvé sa place en 2019. Si la plupart se sont montrées très discrètes, d’autres ont fait parler d’elles, entre finalisation d’organisation, investissements mais aussi déboires judiciaires.

L’année 2019 semble marquer d’un point final toutes les réorganisations du paysage mondial des firmes de phytos-semences amorcées ces dernières années. Sauf nouvelle annonce totalement inattendue, bien évidemment. Bayer, renforcé l’année dernière par Monsanto, s’impose toujours comme le leader mondial du secteur. Syngenta devance le géant allemand en ce qui concerne les produits de protection des plantes...
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
Le 4 juin 2019, le New York Stock Exchange (NYSE) s’est paré des couleurs de Corteva à l’occasion de son entrée en Bourse. © Lucie Petit
La France au cœur de l’innovation et des investissements
De Sangosse © De Sangosse
Bayer © Bayer
Lucie Petit © Lucie Petit

Corteva Agriscience (photo 1) n’a décidément pas fait les choses à moitié en 2019 et n’a pas laissé de côté la France. Elle a investi 20 M€ dans son usine de Cernay (Haut-Rhin) pour créer une nouvelle unité de conditionnement de ses produits de la gamme Inatreq, des fongicides céréales à base de picolinamides, des substances actives issues de produits naturels. Un atelier de 4 000 m² avec deux lignes de conditionnement a été construit et devrait s’accompagner de la création de 50 emplois d’ici quatre ans. Un centre de technologie de traitement de semences va également voir le jour d’ici le dernier trimestre de 2020 sur le site de production de semences d’Aussonne (Haute-Garonne). Ce projet, d’un montant de 5 M€, a pour objectif de développer de nouvelles technologies de traitement de semences pour fortifier et protéger les semences afin de sécuriser leur implantation et leur potentiel de rendement. Corteva a d’ailleurs signé un partenariat avec une société finlandaise, Pro Farm Technologies, spécialisée dans les produits biologiques, afin de développer et commercialiser une nouvelle gamme de produits biologiques de traitement de semences.

Bayer (photo 2) joue de son côté la carte de la transparence. Le 26 septembre à Lyon, la firme a inauguré le premier « Public Friendly Lab » de sa division Crop Science. Situé au sein de son centre de recherche et développement de La Dargoire, dédié à la protection des cultures, ce laboratoire a pour objectif premier d’étudier l’innocuité de ses produits pour le consommateur. Ces résultats, ajoutés aux données de sécurité relatives à l’environnement, sont nécessaires pour constituer les dossiers d’homologation des produits phytosanitaires. Mais ce laboratoire a aussi une vocation pédagogique pour le grand public. En effet, il peut accueillir du public lorsqu’il est en activité, Bayer ayant voulu en faire « un lieu de transparence de ses pratiques scientifiques ». Pour réaliser ce projet, Bayer a modernisé son laboratoire d’analyses de résidus pour un coût de 2,8 M€.

De Sangosse (photo 3) a misé sur les molluscicides en transformant l’une de ses usines de Pont-du-Casse (Lot-et-Garonne) pour un montant de 12 M€. La surface de l’usine a été doublée et atteint 12 000 m2 pour une capacité de production de 100 à 150 t/jour tous produits confondus, afin de gagner en réactivité et répondre aux fluctuations du marché. La capacité de production de produits de biocontrôle a aussi été triplée. Cet outil de production remanié est notamment destiné à la fabrication de son nouveau produit Metarex Duo, un appât sphérique breveté alliant métaldéhyde et phosphate ferrique. « Notre outil de production est devenu un outil d’innovation », se félicitait alors Arnaud Hot, directeur de production.

Imprimer Envoyer par mail Commenter