Le 16 juin, les membres fondateurs de Numagri ont acté la constitution de l’association Numagri. Ce consortium d’acteurs clés du secteur agricole français a été créé à l’initiative de la Fondation Avril en 2018, pour la standardisation et la valorisation des données agricoles. Cette constitution en association lui permettra de renforcer le dialogue et la concertation entre les différents acteurs agricoles et des filières. L’ensemble des acteurs de la communauté agricole sont d’ailleurs invités à la rejoindre.

« Construire le langage commun de l’agriculture en France »

« Avec Numagri, nous voulons créer les conditions propices à la production, la diffusion et la valorisation des données liées au cycle de production agricole, au bénéfice des agriculteurs. Cela suppose l’émergence de standards sur ces données, c’est-à-dire : construire le langage commun de l’agriculture en France, explique Maximin Charpentier, président de Numagri. Nous en sommes convaincus, cela permettra aux producteurs agricoles français d’améliorer leurs performances économique, environnementale et sociale, et de mieux répondre aux attentes des marchés intérieurs et internationaux, tout en captant de la valeur grâce aux informations qu’ils génèrent et dont ils garderont la maîtrise. »

Une gouvernance par trois collèges

Les membres fondateurs sont désormais répartis en trois collèges qui assurent la gouvernance de l’association. Le collège agricole regroupe la FNSEA, les JA, les chambres d’agriculture et l’APCA, ainsi que La Coopération agricole. Le collège filières est pour sa part composé des interprofessions du lait, le Cniel, et des oléoprotéagineux, Terres Univia. Enfin, le troisième collège est celui des opérateurs publics et privés, dont la Fondation Avril fait partie.

Un contrat d’objectifs et de moyens donne pour mission Agdatahub, projet pour l’indépendance numérique de l’agriculture européenne et française, de mettre en place une infrastructure numérique pour sécuriser et faciliter la maîtrise de l’information par les producteurs agricoles. GS1 France sera responsable du volet technique de la standardisation et de son internationalisation.

Les premiers objectifs de Numagri en tant qu’association sont de réunir le plus d’acteurs possible, de se coordonner avec le projet Num-alim, pour la transition numérique de la filière alimentaire, d’actualiser la liste des référentiels existants, de lancer les premières communautés pour les nouveaux standards et, enfin, de porter les référentiels développés en France aux niveaux européen et international.

Lucie Petit